20.11.08

Don Quichotte

Une vision personnelle de Don Quichotte et son fidèle suivant Sancho Pança...ou l'impression de solitude qui peut gagner par moments l'idéaliste qui aimerait changer le monde et qui se retrouve isolé, en ayant le sentiment que sa lutte est dérisoire.
Mais il ne faut pas lâcher.

2 commentaires:

Louis-Philippe a dit...

Ah! Ça non! Il ne faut pas lâcher.

Adeline Lamarre a dit...

Belle métaphore.
C'est un style de vie ;-)